Sofitel Moorea Ia Ora Beach Resort - Hôtel luxueux - Interview du Chef Marc LINTANF

Interview du Chef Marc LINTANF


Les yeux qui pétillent d’idées, une posture droite, et la mèche de cheveux en pagaille, notre Chef Exécutif se présente à nous. De temps en temps, quelques expressions canadiennes lui échappent, son pays de résidence pendant plusieurs années. Devant lui un plat, une œuvre d’art qui ressemble à un tableau fleuri. Rencontre avec un artisan qui aime partager sa passion…

 

Vous êtes arrivé à Moorea récemment. Qu’est-ce que l’île vous inspire ?

L’île m’inspire à vivre en harmonie avec la nature à l’état sauvage, c’est un terrain de jeu magnifique. On cuisine au paradis ! Ce qui me plaît également c’est de découvrir la culture locale et partager les expériences.

 

Quels sont vos envies pour les restaurants Pure et K ?

J’ai envie que chacune des entités ait une signature culinaire bien distincte. Pour le Pure, une cuisine décontractée, bistronomique, mettant en valeur les richesses des produits locaux avec des assiettes gourmandes.

Concernant, le restaurant gastronomique, j’aimerai lui apporter une belle touche de fraîcheur et continuer de faire du K la référence gastronomique en Polynésie française.

 

D’où est venue votre passion pour la cuisine et votre volonté d’en faire un métier?

Je suis issu d’une famille de charcutiers traiteurs au cœur du Jura, comme beaucoup de chefs, j’ai grandi dans les marmites.

 

Racontez-nous votre parcours ?

A 14 ans, j’ai quitté le cocon familial pour un apprentissage en charcuterie traiteur à Pontarlier auprès de Georges Bonnet. Puis, je suis allé à l’école hôtelière de Poligny pendant cinq ans. Durant cette période, j’ai fait des stages auprès de chefs prestigieux tel que Marc Veyrat, Jean Paul Jeunet. Et, j’ai intégré l’équipe de France des Olympiades des Métiers. Ensuite, je suis parti dans le Valais Suisse au cœur des Alpes, rejoindre la brigade de Didier De Courten. C’était magnifique ! Ensuite, je suis allé à Lyon, au Relais Château la Villa Florentine auprès de Davy Tissot, meilleur ouvrier de France.

Après cela, j’ai traversé l’Atlantique pour rejoindre les cuisines du prestigieux Fairmont : Le Reine Elizabeth, auprès du Chef Alain Pignard, qui m’a enseigné comment faire du volume tout en étant de la haute gastronomie. Ce qui m’a également permis d’avoir la chance de collaborer avec l’un des maîtres du service traiteur Monsieur Armando Arruda, qui m’a enseigné avec toute sa folie et son dynamisme comment réaliser de prestigieux événements au Canada.

Me voici maintenant à Moorea !

 

Vous avez voyagé au cours de votre carrière, Québec, France, Tahiti… Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Déjà une richesse personnelle, tu découvres, tu apprends, tu t’épanouis. Sur le plan professionnel, il y a énormément de rencontres qui se créent, avec des personnes et des visions différentes. Tu apprends à travailler les produits selon différentes techniques, cuissons, matériels…

 

« Quand c’est bon, y a pas meilleur ! »

 

 

Comment définissez-vous votre cuisine ? 

On dit que mes assiettes sont féminines, en finesse avec du goût et des textures. Ma cuisine respecte toujours le produit en le mettant en avant. Parce qu’on a beau tourner les choses dans tous les sens, c’est le produit qui est roi !

 

Votre plus belle rencontre gastronomique à ce jour ? 

C’est mon repas chez Paul Bocuse, c’était magique, tout un pèlerinage, ça te remet dans le droit chemin. Mais il y en a tellement d’autres…Comme tout simplement mon frère Jean-Philippe Lintanf qui me fait voyager à chaque fois que je goûte sa charcuterie !

 

La recette ou réalisation dont vous êtes le plus fier ? 

La réalisation professionnelle dont je suis le plus fier, c’est d’être le chef signature pour le prestigieux bal de la Jonquille, qui est une levée de fond pour la société Canadienne du cancer. Cela m’a permis d’obtenir avec toute l’équipe le titre de Meilleur événement traiteur au monde. Et également d’avoir rejoint le cercle des disciples d’Escoffier avec Monsieur Sébastien Giannini.

 

Quel est votre type de cuisine préférée ?

J’aime bien découvrir des cuisines que je ne connais pas. J’en ai pas de préférée, quand c’est bon y a pas meilleur !

 

Forcément on se demande quel est votre plat préféré ?

Je dirai simplement une saucisse de Morteau avec de la cancoillotte au vin jaune et des pommes vapeurs !

 

Votre meilleur souvenir d’enfance culinaire ?

D’aller manger le samedi midi chez ma mamie Lintanf, c’était tout un buffet. Je me souviens quand elle faisait son poulet rôti et que ça sentait partout dans la maison !!

 

Plus sucré ou salé ?

Salé mais très sucré quand même.

 

Votre dessert préféré ?

Fraises tagada (rires)

 

Quels conseils aux futurs cuisiniers qui se lancent dans des études ? 

Il faut bien avoir conscience que les émissions de TV aussi attractives et enrichissantes qu’elles soient ne sont pas la réalité des coulisses du métier ! Je dirai que c’est important d’aller à l’école pour avoir une formation technique et générale. Cela permet de comprendre tout d’abord ce qu’on leur demandent de faire et surtout pourquoi ils le font. Et ensuite, il faut voyager au maximum pour s’enrichir des techniques et apprendre les langues pour communiquer avec les équipes et les clients. Mais surtout garder la tête froide comme doit le faire tout bon artisan. Comme le dirai Alain Ducasse il y a trois étapes fondamentales : Savoir-faire, faire faire, et faire savoir !

 

Pour vous, quelles sont les qualités essentielles pour devenir un bon Chef ?

Tout d’abord être passionné car ce n’est pas qu’un métier c’est tout un style de vie !

 

Un mot pour finir ? 

Passez nous voir au Sofitel de Moorea, cela me fera plaisir de vous accueillir.

 

 

 

  • interview-du-chef-marc-lintanf
  • interview-du-chef-marc-lintanf
Réservez
Sofitel Moorea Ia Ora Beach Resort
Réserver votre séjour

de   vers

Room 1